• Adeline Gaultier

LES EFFETS DU STRESS SUR L'ORGANISME

Mis à jour : janv. 17

Le stress survient lorsque l’organisme est soumis à une agression à laquelle il doit s’ajuster. Lorsque le stress devient chronique, les capacités d’adaptation sont dépassées, l’équilibre interne est perturbé et des conséquences apparaissent : troubles du sommeil, troubles métaboliques, problèmes cardiaques, dépression, etc.

Toutefois, il est possible de contrer les effets du stress chronique, notamment par une alimentation adaptée.

Comment le corps gère-t-il le stress ?

Pour savoir comment notre organisme répond en situation de stress, encore faut-il distinguer le stress aigu du stress chronique.

Le stress aigu ou stress positif correspond à la phase d’alarme, il est spontané et fait intervenir les aires du cerveau impliquées dans la coordination de la cognition et de la gestion des émotions. Il survient quand soudainement le corps est soumis à une agression. Elle peut être de toute nature : accident, maladie, situation psychologique brève mais éprouvante. Le corps s’arme en conséquence prêt à prendre littéralement ses jambes à son cou ! Le cerveau ordonne en effet aux glandes surrénales (situées à proximité des reins) de fournir de l’adrénaline en suffisance pour qu’un afflux de sang et d’oxygène apporte une certaine puissance aux muscles et augmente la vigilance du cerveau. Cette phase consomme beaucoup d’énergie mais a probablement sauvé l’espèce humaine fuyant devant ses prédateurs !

La phase de résistance est déclenchée lorsque le stress perdure et qu’il faut à l’organisme une source d’énergie pour le gérer. Le cerveau ordonne aux même surrénales de délivrer cette fois des glucocorticoïdes (cortisol) dont la principale vertu est d’augmenter le taux de glucose dans le sang. Muscles, cerveau et cœur sont momentanément en mesure de continuer à résister au stress.

Le stress chronique ou stress négatif survient lorsque l’organisme a usé toutes ses ressources adaptatives. Un cercle vicieux se met en place : le cerveau ordonne en continu la production de cortisol en vue de maintenir l’équilibre biochimique interne (homéostasie). Mais ce dernier est profondément perturbé par ce flux continu, grand consommateur d’énergie. Il en résulte quantité de désagréments comme une fatigue excessive, une immunité défaillante, un sommeil perturbé ou l’apparition d’insomnies, des problèmes métaboliques, des troubles alimentaires assortis de modifications du poids (prise ou perte).


32 vues

©2019 by Graine de bien être. Proudly created with Wix.com